mardi 7 avril 2020

Retour sur le studio interview : la nouveauté web du Festival



À l'occasion de sa 32e édition, le Festival Premiers Plans a lancé deux nouvelles émissions web "Close Up" et "Rush". Le principe est simple : recueillir les interviews des jeunes réalisateurs et réalisatrices en compétition. 

Interview de Gabrielle Stemmer (Clean with me) par Laura Lambert, programmatrice

Ce sont 15 étudiant(e)s en Licence mineure InfoCom à l'Université Catholique de l'Ouest qui se sont attelés à la tâche, encadrés par leur enseignant en cinéma, François Fayet. Pendant les 10 jours de Festival, ils ont filmé 13 entrevues "Close up" entre l'équipe de programmation du Festival  et les réalisateurs et réalisatrices en compétition. 

Baptiste Drouillac (Retiens la nuit), Alix Bortoli (Night Cab), Valentina Maurel (Lucia en el limbo), Nadèr S. Ayach (La guerre des centimes), Adrien Mérigeau (Genius Loci), Lola Cambourrieu & Yann Berlier (Automne malade), Gabrielle Stemmer (Clean with me), Rony Tanios (Le cas Perrot), Hannah Weissenborn (Am cu ce), Tomm Moore (Brendan et le secret de Kells), Janloup Bernard (La vie active), Nathan Harbonn-Viaud, Jules Bourges, Jocelyn Charles & Pierre Rougement (Déjeuner sur l'herbe), ont accepté de se plier à l'exercice.









Parallèlement, toujours encadré par leur enseignant François Fayet, 8 étudiant(e)s en Master Spectacle Vivant, ont réalisé des interviews "Rush" des réalisateurs et réalisatrices en compétition dans la catégorie Long Métrage.

Une partie des étudiant(e)s en montage vidéo
Ils ont réalisés 6 interviews : Alice Odiot & Jean-Robert Viallet (Des hommes), Mehmet Akif-Büyükatalay (Oray), Sung-A Yoon (Overseas), Alexe Poukine (Sans frapper), Hlynur Palmason (Un jour si blanc), Martin Lund (Psychobitch).

Voir ou revoir ces interviews :




mardi 31 mars 2020

Les étudiants de Ciné'Sup font leur interview !

23 étudiants en formation Ciné'Sup au lycée Guist'au à Nantes, ont activement participé à la 32e édition du Festival Premiers Plans, en réalisant 8 interviews de réalisateurs et réalisatrices : Adrien Mérigeau (chef décorateur et réalisateur de Genius Loci, prix des bibliothécaires), Alice Odiot & Jean-Robert Viallet (Des hommes), Ivana Mladenovic (Ivana the terrible), Lukas Dhont (membre du jury long-métrage, et réalisateur de Girl), Marion Desseigne-Ravel (Fatiya), Julie Roué (compositrice), Mehmet Akif Büyükatalay (Oray, grand prix du jury).

Retour sur ces échanges riche en cinéma et en expériences :












vendredi 27 mars 2020

Rembobin'âge : édition 2020

Chaque année, dès octobre, débute le parcours Rembobin’âge, mené par Violaine d’Aboville, chargée de l'accessibilité du Festival.

Rassemblés en comités de programmateurs, les résidents de 14 EHPAD de l'agglomération angevine participent à plusieurs sessions de sélection, dans l’objectif de choisir le film projeté dans leur établissement après le Festival.

Au menu cette année des propositions qui combinent grand classique (Le Caméraman de Buster Keaton), documentaire politique (1974 : une partie de campagne de Raymond Depardon), enquêtes (Le Mystère de la Chambre Jaune de Bruno Podalydès, L'Apparition de Xavier Giannoli) et une sélection de films passées par la compétition du Festival (Keeper de Guillaume Senez, Les Drapeaux de papier de Nathan Ambrosioni ; Petit Paysan d’Hubert Charuel).


Atelier de programmation animé par Violaine d'Aboville

C’est l’heure du vote !

Au rythme de une à trois sessions réparties entre la mi-octobre et la fin du mois de novembre, les résidents-programmateurs font leur choix de film à partir d’extraits présentés par Violaine d’Aboville. Au-delà d’un choix coup de cœur, leur vote s’est appuyé sur un temps d’échange tant sur les sujets et thématiques des films que sur les formes de cinéma proposées.

À chaque session les résidents choisissent un film parmi les trois proposés, puis les départagent en fin de parcours pour n’en élire qu’un seul lors de la dernière session.

Les ateliers sont toujours l’occasion de discussions riches et inattendues. Comme lors de la discussion autour du Cameraman à l’EHPAD César Geoffray, qui a amené à la rencontre d’Andrée Vacher, née l’année de sortie du film en 1928 ! Mme Vacher a travaillé pour la Cinémathèque Sainte-Thérèse, à Angers, où elle a réceptionné et envoyé de nombreux films pour les patronages, dont ceux de Buster Keaton ! Alors que le burlesque classique du Cameraman provoquait des fous rire chez certains, il en a laissé d’autres totalement de marbre. Ce fut d’ailleurs l’un des sujets évoqués durant les ateliers. 

Si les participants élisent leur film coup de cœur, ils ont également en tête que la projection sera ouverte à l’ensemble de la résidence. Pour certains, il s'agit de sélectionner un film qui fasse l'unanimité, un moment de divertissement.  D'autres prennent le risque d’aller vers un film au sujet plus dur, motivés par les débats.

Le parcours se tisse aussi d’une édition à une autre. Cette année de nombreux résidents ont pu retrouver Kacey Mottet-Klein qui interprète Maxime dans Keeper, et qu’ils avaient vu dans Home, lors d’une précédente édition de Rembobin’âge.

Projection finale du film choisi par les résidents

L'heure du ciné !


Les 12 projections se sont déroulées du 28 janvier au 13 février, et ont rassemblé plus de 400 spectateurs. Les films diffusés étaient : 
- Les Drapeaux de papier de Nathan Ambrosioni à la Résidence La Corbeille d’Argent à Angers et à l’EHPAD Les Couleurs du temps à Villevêque ;
- Le Cameraman de Buster Keaton et Edward Sedgwick dans les EHPAD Gaston Birgé et Sainte Marie à Angers ;
- Petit Paysan d’Hubert Charruel dans les EHPAD Les Cordelières aux Ponts-de-Cé, Les Trois Moulins à Ste Gemmes-sur-Loire et César Geoffray à Angers ;
- Le Mystère de la chambre jaune de Bruno Podalydes à la Résidence Lebreton à Angers ;
- Keeper de Guillaume Senez à l’EHPAD La Perrière à Juigné-sur-Loire, dans les résidences La Rose de Noël à Angers et La Girandière d’Avrillé
- L’Apparition de Xavier Giannoli à la Résidence Lebreton à Angers 


Sortie au Festival

Le parcours pour les résidents ayant participé au choix des films fut aussi l’occasion d’une sortie au Festival. Une soixantaine d'entre eux sont venus assister à la projection du film de Raymond Depardon : 10ème chambre - Instants d'audience. Puis, autour d’une goûter galette des rois, chacun a pu exprimer ses impressions sur le film et débattre avec l'avocat angevin Lionel Descamps.

Ce temps de rencontre est aussi l'occasion pour chaque groupe de présenter le film qu'ils ont choisi pour sa résidence et d'inviter les autres à venir assister aux projections qui sont aussi proposées aux seniors et associations de solidarité du quartier.

Forte de 5 années d'expérience et de développement, Rembobin'âge est une opération qui a su placer la personne âgée au cœur de ses choix culturels, et les EHPAD au cœur du Festival. Le réseau des résidences est maintenant devenu une force pour initier d'autres projets partagés entre maisons de retraite et enrichir ainsi la vie culturelle des résidents.

Rencontre avec l'avocat Lionel Descamps lors de la sortie au Festival
 


lundi 23 mars 2020

Le Studio Animation prend vie !

Pour sa 32ème édition le Festival retrouvait le Centre de Congrès. Ainsi, le Studio Animation a posé ses valises en Rez-de-Jardin, grâce au soutien de Mécène et Loire. Conçu et animé par Emmanuelle Gibault, médiatrice cinéma, l’espace accueillait les plus petits – à partir de 3 ans – et les plus grands autour des techniques de cinéma d’animation.

Alternant des temps en entrée libre et des créneaux plus ciblés, le Studio a accueilli les familles, des élèves d’écoles primaires ou maternelle, d'IME, de collèges, de lycées, et tous les curieux qui s’y sont aventurés.



La curiosité justement était le maître-mot du Studio. À commencer par les deux jeux optiques en bois, hauts d'à peu près un mètre, installés devant les portes. Le Praxinoscope : rouleaux d'images mis en rotation à l'intérieur d'un tambour, que l'on voit s'animer en regardant les miroirs posés au centre. Et le Zootrope : sur le même principe, les images s'animent lorsqu'on regarde à travers les fentes du tambour.
Deux objets étranges, comme une première invitation à comprendre comment l’image fixe se met en mouvement…

À l’intérieur, le Studio rassemblait des espaces d’expérimentation et de création.



Entre ombres et lumières, avec quelques feuilles, feutres et ciseaux chacun pouvait assembler son propre Folioscope, Thaumatrope, Phénakisticope, et voir ses dessins prendre vie.

La création Motion Fiction de l’artiste-chercheuse Nathalie Guimbretière illustrait alors très bien les glissements de méthode et de technique entre l’animation traditionnelle et numérique. Basée sur la technique du stop-motion, l’installation permettait de créer des petits films avec du papier découpé. Puis, en touchant différentes pastilles de peinture magnétique l’image se mettait en mouvement, changeait de couleur, provoquait un son…


Le Studio était d’ailleurs l’occasion d’un beau travail collaboratif avec les étudiants des Beaux-Arts. Neuf étudiants ont imaginé, peint, dessiné, découpé divers visuels que l’on pouvait voir s’animer sur les stands du Studio. Bénévoles de l’équipe Jeune public, les étudiants ont également pu poursuivre leur travail d’animateurs en accompagnant les visiteurs au Studio.

Aussi bien pour l'équipe bénévole que pour les visiteurs, le Studio aura été un espace de découverte et de transmission.

Et pour parfaire ce cheminement, un programme de projections suivies d’ateliers était proposé aux familles, durant les deux weekends du Festival. Sur les écrans et au Studio, l'animation était à l’honneur pendant les dix jours de Festival !

dimanche 22 mars 2020

Tour d'Europe Animé : 1er round !


Imaginé en partenariat entre la Maison de l’Europe et Premiers Plans, le jeu grandeur nature Tour d’Europe Animé s’est élaborée depuis le mois de novembre 2019. Deux écoles angevines ont alors pu l’expérimenter après le Festival. L’occasion pour ces élèves de poursuivre leur expérience cinéma !

Diverses propositions pendant et après le Festival permettent déjà aux scolaires d’explorer le cinéma par la pratique et la manipulation : les ateliers Petits Plans, le Studio Animation, l’atelier MashUp, Une Journée Particulière…

L’idée était donc de créer une proposition axée sur le point de jonction entre Europe et cinéma, mettant en lumière la caractéristique du Festival : les premiers films européens. L’atelier s’est appuyé sur quatre films d’animation européens, sélectionnés dans le programme Les Courts des Petits, que les classes avaient vue en salle.

Après un temps de présentation des objectifs de l’atelier et un second visionnage des films, l’activité s’est articulée autour de quatre stands de 15 minutes chacun : langue, analyse d’image, cadrage, technique d’animation. En gardant toujours comme support de départ les films, chacun des stands aborde un ou plusieurs éléments de ces deux thèmes Europe, cinéma.

Endossant le rôle d’enquêteurs, chaque groupe d’élèves s’est vu attribuer une enquête sur un film et un carnet-passeport. D'un stand à l’autre les quatre équipes ont récolté des indices afin de déterminer dans quel pays d’Europe se passe leur film. Pour cette première édition la République tchèque, le Portugal, l’Islande et la Norvège étaient à l’honneur.




Premier arrêt au stand langue
Tout en découvrant l’alphabet et les sonorités d’une langue européenne, les élèves-enquêteurs se sont questionnés sur l’utilisation de la langue dans le cinéma d’animation. Est-ce un film parlant ? Connait-on cette langue ? Les élèves étaient donc amenés à attribuer des bulles en langue originale avec leur traduction aux photogrammes du film.


Direction le stand analyse d’image
À partir d’un photogramme de référence chaque équipe repère d’éventuels indices, puis tente de les retrouver dans une collection de vignette. Selon les films, les élèves ont découvert un éventail d’habitations et tenues traditionnelles, de paysages et architectures d’Europe et du monde. Ils en déduisent alors à quel type de pays correspondent les indices observés : est-ce un pays chaud ou froid ? dans quel pays utilise-t-on ces matériaux ?




Étape au stand cadrage
Toujours aidés de photogrammes les jeunes enquêteurs découvre la différence entre point de vue et valeurs de plans, et sont amenés à les reproduire dans l'espace avec des cadres de différentes tailles. 




Arrêt par le stand technique 
À partir d’une collection de vignettes de divers films d’animation plus ou moins connus les élèves relèvent les outils et matériaux utilisés, puis imaginent comment ces éléments sont mis en mouvement. En reprenant le photogramme de leur film, il en déduise la technique utilisée. 



Terminus
À la fin de ce parcours un temps collectif autour d’une carte géante de l’Europe permettait à chaque équipe de faire découvrir aux autres le pays trouvé, mais aussi d’identifier les contours des pays du continent. En quelques pas, la classe traverse les mers et les frontières…



En 2h d’animation les élèves explorent à la fois la notion de territoire, de représentation, et de techniques de cinéma. Ils s’interrogent sur les indices qui composent une image, et le langage cinématographique…







jeudi 19 mars 2020

Les habitants d'Angers Loire Métropole font leur cinéma !


À l'occasion de la 32e édition du Festival, Premiers Plans a organisé le 5e concours Angers Loire Métropole. Le rendez-vous annuel a réuni une trentaine de passionnés de cinéma.

À nouveau, deux concours étaient proposés :

Émotions partagées
Le film sélectionné pour le concours d'écriture de texte était Wildebeest de Nicolas Keppens et Matthias Phlips (primé au Festival 2019).

• Angers Loire Minutes Films
Cette année, les participants avaient pour consigne de réaliser un film de trois minutes maximum sur le thème Fake News.

Wildebeest de Nicolas Keppens et Matthias Phlips

Retour sur les deux concours ! 

• Émotions partagées

7 textes sur le court métrage Wildebeest ont été reçu, 5 d'entre-eux ont été ouverts aux votes du public. Vous les attendiez ? Voici les résultats :

Josselin Livenais, d'Angers, a reçu le prix du public pour son texte Les hommes, des animaux sauvages ? 
• L'équipe de Rives-du-Loir-en-Anjou a reçu le prix du jury pour son texte À la vie à la mort ! 

Les gagnants ont reçu un an d'abonnement à un magazine de cinéma, et un Pass pour le Festival 2021.

Lire les critiques gagnantes


• Angers Loire Minutes Films

15 courts métrages ont été reçus, 9 ont d'entre-eux ont été sélectionnés pour le vote.

• Le prix du public a été décerné à l'équipe de Radio G! Angers, pour son film Fake News.



• Le prix du jury a été décerné à Dami, réalisé par Marie Mercier et son équipe de Saint-Barthélemy-d'Anjou.



Les équipes gagnantes ont reçu un an de cinéma aux cinémas les 400 coups et 1 Pass pour le Festival 2021




mardi 17 mars 2020

Vidéo In Project 2020 : Les jeunes des quartiers au cœur du Festival

Depuis 1996, Premiers Plans a à cœur de faire découvrir le Festival aux jeunes des centres socio-culturels du département. Vidéo In Project est revenu pour une nouvelle édition composée de deux parcours au choix, en partenariat avec les associations Cinéma Parlant, Report'Cité et avec le soutien de Podeliha.



Cette année, les maisons de quartier et centres socio-culturels ont pu choisir entre deux formules : 

Vidéo In Project : sur le modèle des années passées, les jeunes suivaient un parcours complet de deux mois (de novembre à janvier). Leur objectif ? Réaliser un film fictif ou documentaire sur leur vision du métier de journaliste.

Reporter'Chrono : les animateurs et animatrices pouvaient faire le choix d'un parcours condensé. Le défi ? Se mettre dans la peau de journalistes et réaliser un reportage en 48h sur les secrets du Festival Premiers Plans. 

4 équipes se sont embarquées dans l'aventure : 8 adolescentes réparties en deux équipes (Maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin à Angers et Espace jeunesse de Rochefort-sur-Loire) ont suivi le parcours long, et 6 jeunes, du HubRepR de Trélazé (association Léo Lagrange), répartis en deux équipes, ont relevé le défi de réaliser un reportage chrono. 


C'est parti pour un retour sur cette aventure !

À la découverte du métier de journaliste avec Sébastien Rochard de Report'cité !

Fin novembre, les deux équipes en parcours long, se sont réunies pour un atelier de deux heures. À travers des extraits de films (de la rétrospective "Profession : Reporter" ou non), les adolescentes ont pu échanger avec un professionnel autour de leur vision du journaliste. 

Ce temps de débat leur a permis de mieux appréhender le monde médiatique et le métier de journaliste, de leur donner des idées pour le scénario de leurs films et d'avoir un aperçu de la programmation du Festival Premiers Plans.

Écrire un scénario bien ficelé

Au retour des vacances de Noël, les deux équipes se sont de nouveau réunies à Rochefort-sur-Loire pour écrire leur scénario et recevoir les conseils de Cécile Raynard de Cinéma Parlant, et Samuel Lebrun de Report'Cité. 

Les cinéastes en herbe ont décidé si elles voulaient se tourner vers la réalisation d'un film de fiction ou un documentaire. Les deux équipes se sont tournées vers un scénario fictif autour d'une enquête journalistique. 

Tournage et découverte du Festival au Centre de Congrès

Le samedi 18 janvier, les deux parcours étaient invités à se rendre au Centre de Congrès pour un tournage spécial. Les deux équipes de Reporter'Chrono ont suivi un coaching express pour comprendre les enjeux et les codes du reportage. Ils ont ensuite choisi un thème et un plan d'attaque et se sont mis au tournage ! Les équipes du projet ont eu toute une après-midi pour tourner leurs scènes au cœur du Festival. L'occasion pour eux de découvrir les coulisses et de s'initier à la Mashup !




À vos marques, prêts ? Montez !

Les jeunes se sont réunis une dernière fois pour une session express de montage. Grâce au logiciel ShotCut, ils ont pu s'initier au travail de monteur en sélectionnant les rushs, les musiques et les effets. 



"Certaines des personnes qu'on a interviewé, parlaient beaucoup, il a fallu qu'on sélectionne pour rentrer dans la consigne des 3 minutes" 

"On a eu beaucoup de fous rires sur le tournage, on est en train de préparer un bêtisier"

"J'ai beaucoup aimé choisir les musiques."

Dans la peau de vrais cinéastes...

Le défi de réaliser un film a été réussi avec brio ! Les équipes ont présenté le résultat de leur travail lors d'une projection dédiée qui a réunie 65 personnesInterviewés par Cécile Raynard, coordinatrice du projet, les jeunes âgés de 10 à 16 ans, se sont exprimés à tour de rôle sur leur expérience. Certains d'entre-eux se sont même découverts une passion pour le cinéma !





"Le reportage sur le Festival nous a permis de découvrir les coulisses et les métiers cachés d'un festival de cinéma."

"Depuis le tournage j'ai envie de devenir réalisateur."


Alors, vous brûlez d'envie de visionner le résultat ?



• VIDEO IN PROJECT 


Le Scoop, réalisé par les jeunes réalisatrices de la Maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin 


Le Dompteur fou, réalisé par les jeunes réalisatrices de Rochefort-sur-Loire


• REPORTER CHRONO

par les équipes du HubRepR de Trélazé


mardi 10 septembre 2019

Concours ALM, bilan de la #4 édition

Le concours proposé par Premiers Plans sur le territoire d'Angers Loire Métropole est revenu pour le plus grand plaisir des amoureux du cinéma :

Pourquoi j'ai écrit la Bible ? réalisé par Alexandre Steiger (2018, 30'), primé au Festival Premiers Plans et choisi par les référents des communes.


À l'occasion de la 31e édition du Festival Premiers Plans en janvier 2019, 42 personnes réparties dans 17 communes de la communauté d'agglomération, ont participé à l'un ou aux deux concours.


"Émotions partagées", le retour de l'incontournable concours de critique de court métrage 

Cette année, 2 textes sur les 9 reçus ont remporté le prix du public de la meilleure critique du court métrage Pourquoi j'ai écrit la Bible ? d'Alexandre Steiger (2018) :

      - Ariane Papillon (St Gemmes sur Loire) avec sa critique Éloge de la folie
      - Elsa Morel (Angers) avec sa critique Vivre ou guérir 


Les autrices ont remporté un abonnement d'un an au magazine cinéma de leur choix et un Pass illimité pour le Festival Premiers Plans 2020.

"Angers Loire Minute Film" : le nouveau concours de film d'une minute

Cette année, le concours de scénarimage a muté en un concours de film d'une minute ce qui a permis d'inclure un plus grand nombre de personnes. Les participants ont dû réaliser un film sur le thème La minute la plus…, d’une durée d’une minute maximum (générique exclus). En tout, 33 films ont été reçus et 2 ont remporté un prix :

      - Regarde, de Samuel Caillet, Arsène Guedon, Roxanne et Matthys Gastineau, d'Angers a reçu le prix du vote des internautes,
      - La Minute la plus onirique de Clémentine Guédon, Constance Henry et Léane Neveu de Saint Clément de la Place a reçu le prix du jury Premiers Plans.

Les lauréats ont gagné un an de cinéma aux 400 Coups et 10 places pour le Festival Premiers Plans 2020.

Soirée Angers Loire Minute Film

Une séance spéciale, avec la projection du court métrage soumis à la critique (Pourquoi j’ai écrit la bible) et les 14 films d'une minute sélectionnés par les communes, s’est déroulée le 31 janvier au Qu4tre (espace culturel de l'Université) pendant le Festival. Un échange avec les cinéastes en herbe s'en est suivi.

échange avec les équipes des films



Les participants lauréats des communes 2019 !

lundi 4 mars 2019

Video In Project 2019

Le Festival Premiers Plans accueille depuis 1996 des jeunes des centres socio-culturels du département à travers l’opération Vidéo In Project. Depuis deux ans, les associations Cinéma Parlant, Report’Cité et Premiers Plans assurent la mise en oeuvre de l’opération, avec le soutien d'Immobilière Podeliha.

Les participants

35 jeunes des quartiers prioritaires et/ou locataires d’Immobilière Podeliha âgés de 10 à 20 ans encadrés par 10 animateurs, 7 équipes, 8 structures socioculturelles : Maisons de quartier Angers Centre, Hauts-de-Saint-Aubin, le Quart’ney, le Trois-Mâts, MPT Monplaisir, Association Mon Atout Sport et Centre social du chemillois



Enquête et reportage

Début décembre, chaque équipe a reçu une biographie d'un réalisateur (Guillaume Senez, Héloïse Pelloquet, Émilie Pigeard ou Marc Picavez) dans laquelle s’étaient glissées des erreurs… Les jeunes devaient donc vérifier toutes les informations en recherchant des sources fiables. Cette enquête a été la base des reportages vidéo réalisés par les jeunes. Sur demande, du matériel de tournage et de montage était mis à disposition des équipes. Le dernier samedi du Festival, les équipes ont présenté leur réalisation lors d’une projection spéciale animée par Cécile Raynard.

Découverte des informations données sur les réalisateurs
Tournage au Festival
Projection des films à la fin du Festival avec témoignage des équipes

Formation des animateurs et des jeunes

Deux modules ont été proposés : un sur les fake news animé par Sébastien Rochard et Margot Grenier de Report’cité, et un second sur l’accompagnement à l’écriture et au tournage des reportages par Samuel Lebrun. Les animateurs qui le souhaitaient ont bénéficié d’une initiation technique à un logiciel libre de montage (Shortcut). Une aide au montage était aussi organisée pour les équipes le mercredi 30 janvier.

Le Festival en immersion

Afin de faciliter l’immersion totale des équipes sur l’ensemble des séances du Festival, les animateurs et les participants ont bénéficié de pass Festival, ainsi que de conseils sur la programmation des films. Ils ont également pu visiter le Quai est ses coulisses en compagnie de David Geffard, médiateur au Quai et d’Anna Guiffes-Touret, médiatrice à Premiers Plans


Retour des participants

« On a cherché sur internet, on nous a dit de toujours avoir minimum deux sources. (…) On a aussi interviewé des gens de Cinéma Parlant pour avoir des infos en dehors d’internet. »
« J’ai bien aimé quand on tournait et quand on parlait avec Émilie Pigeard sur Skype. »
« J’ai découvert une passion pour le montage, couper les choses, mettre en place les choses. »
« On sort grandi de la séance. Avant, quand t’allais voir un film, t’applaudissais, c’était sympa. Mais là, ce sont des gens qui applaudissaient notre film. »
« C’est une occasion rêvée de découvrir un autre cinéma en dehors des salles conventionnelles et surtout de leur faire découvrir des films qu’ils n’auraient peut-être jamais été voir. Le fait d’être VIP avec des pass joue beaucoup dans cette démarche. » (Une animatrice)

Video In project sur Radio Campus France : Ecouter l'émission


Les films réalisés






lundi 25 février 2019

Pastilles sur les rétrospectives et interviews de réalisateurs

Accompagnés par leur enseignant François Fayet, 9 étudiants en master 1 gestion de projets culturels à l'Université Catholique de l’Ouest ont pu s'initier à la vidéo au cœur du Festival.

En amont, ils ont réalisé 9 pastilles vidéo pour les réseaux sociaux afin d’attiser la curiosité des jeunes festivaliers pour les rétrospectives. Voir les pastilles vidéo sur les rétrospectives

Puis, pendant le Festival, ils ont réalisé 7 interviews de Costa-Gavras, Félix Moati et Vincent Lacoste (Deux fils), Olivier Gourmet et Antoine Russbach (Ceux qui travaillent), Cédric Kahn (président du jury), Ali Vatansever (Saf), Eva Trobisch (Alles ist gut), Richard Billingham (Ray & Liz).





























lundi 18 février 2019

Jury de lycéens et interviews

À l’initiative de leur enseignante Sandrine Weil, 15 élèves du lycée Estournelles de Constant de La Flèche ont composé le jury jeunes. Tout au long de la semaine ils ont assisté aux programmes de films d’écoles européens, en ont discuté avec leur enseignante et ont interviewé les réalisateurs présents. Ils ont remis leur prix à Irfan Avdić pour son film Majkino Zlato.
































mercredi 12 septembre 2018

Soirée Clips d'ici vue par les élèves du lycée Renoir

Une équipe de 5 étudiants en Licence pro gestion de projets culturels de l'IUT d'Angers a organisé, sous la conduite de l'équipe de Premiers Plans, la soirée Clips d'ici qui s'est déroulée le lundi 15  janvier 2018 à l'espace culturel de l'Université : programmation du groupe de musique Feel Good Ink., communication, logistique, interview de professionnels du clip.

Des élèves de l'option ciné-audio au lycée Renoir ont été associés au projet en réalisant des vidéos pour communiquer sur la soirée :

Le teaser



Retours sur la soirée



jeudi 30 août 2018

Trois stages à l'occasion des Ateliers d'Angers 2018

Du 22 au 24 août : Un stage film d'animation.

Comme tout les ans depuis 6 ans maintenant, 17 enfants de 6 à 14 ans ont participé à ce stage durant 3 jours sur la réalisation de court-métrage. Par groupes de quatre enfants, ils ont pu découvrir (ou redécouvrir) la méthode "stop-motion". L'atelier a commencé par la visite de l'exposition temporaire "La grande parade des animaux" présentée au Musée des Beaux-Arts. Les enfants ont pu découvrir différents animaux du commun des chiens aux créatures et bestiaires fantastiques. Puis ils sont retournés à l’hôtel Lancreau pour la mise en forme d'une histoire sur le thème des animaux. Le premier jour s'est poursuivi par la création des paysages, personnages et éléments de décors. La deuxième journée c'est déroulé avec le début de la capture de scène image par image : chaque plan est pris en photo et assemblé à la suite, le stop-motion est là. Enfin la dernière journée de stage a permis d'enregistrer les sons : les dialogues, musiques, bruitages... Le stage s'est finalement terminé avec la projection en salle, le mercredi 29 août aux Cinémas Les 400 Coups.

Les animaux contre le lion.



La fabuleuse histoire de la corne.



Les animachanges.



La pomme maléfique.




Le 25 août : Deux stages en famille.

Un premier atelier accueillait d'abord les tout-petits de 3 à 5 ans, puis un second les enfants de 6 à 10 ans. Ils ont ainsi pu découvrir la création de film d'animation avec leurs parents, sous l’œil averti de la réalisatrice qui a animé les ateliers : Emilie Pigeard. Ces ateliers ont également commencé par une visite du Musée des Beaux-Arts. Ensuite, les enfants ont visionné des courts-métrage et ont réalisé les leurs en employant la transformation de mots et de lettres en dessin animé.

La grande parade des animaux pour les 3-5 ans.



La grande parade des animaux pour les 6-10 ans.




lundi 25 juin 2018

Vidéo In Project 2018

Le logo de VIP
créé par Fanch Juteau - Report'Cité

Le Festival Premiers Plans accueille depuis 20 ans des jeunes des centres socio-culturels du département à travers l’opération Vidéo In Project. Ce projet s’était arrêté l’année dernière afin de repenser l’opération et de rassembler de nouveaux moyens. Pour cette 30e édition du festival, Vidéo In Project a fait peau neuve.

Grâce au soutien d’Immobilière Podeliha, Premiers Plans a sollicité l’association Report’cité pour assurer la mise en œuvre de l’opération avec le conseil et l’accompagnement de l’association Cinéma Parlant, et la contribution du service de Ressources Audiovisuelles de la Ville d’Angers et de l’association Terre des Sciences.




Les participants

34 jeunes des quartiers prioritaires et/ou locataires d’Immobilière Podeliha âgés de 8 à 20 ans encadrés par 8 animateurs ont formé 7 équipes venues de 5 centres socioculturels : Angers centre animation, maison de quartier Hauts-de-Saint-Aubin, maison de quartier Jacques Tati, association Mon Atout Sport et association Vivre ensemble de Trélazé

Mercredi avant le début du Festival : visite du Centre de congrès et remise des pass VIP à chacun

Enquête et reportage-fiction

Sur le principe d’une enquête jalonnée d’indices et d’interviews de témoins, les 34 jeunes répartis en 7 équipes ont relevé le défi de réaliser, avec l’aide de leur animateur, un reportage jalonné de fiction au cœur du Festival. Les réalisations ont pris la forme d’un reportage-fiction de 3’30 maximum comprenant un micro-trottoir, une interview et plusieurs séquences de commentaires et mises en scène. Le dernier samedi du Festival, la diffusion de leurs films aux 400 coups a permis de résoudre l’enquête.


Formation des animateurs en novembre

Formation dans les locaux de Cinéma Parlant

Après avoir bénéficié de deux temps de formations (langage de l’image, écriture journalistique, techniques de prise de vue et de montage vidéo), chaque animateur a accompagné les jeunes en autonomie en amont et pendant le Festival : préparation des scénarios, repérages du tournage, tournage, montage, présentation du film à la fin du Festival.


Les dates-clés pendant le festival


- Samedi 13 janvier : journée de tournage avec une interview par groupe de Xavier Massé secrétaire général du Festival, Sandrine Jousseaume, photographe, Benjamin Baltimore, affichiste, Laurent Beauvallet, journaliste, Thierry Charrier, metteur en scène, Louis Mathieu et Jo Perron, enseignants.

Le micro trottoir des jeunes du centre Jacques Tati au Centre de congrès
Les jeunes de l'association Vivre ensemble interviewent Benjamin Baltimore, créateur des affiches du Festival
Interview de Xavier Massé par les jeunes des Hauts de Saint-Aubin

- Mercredi 17 janvier : après-midi consacrée au montage.

Montage au cybercentre de Terre des sciences

- Samedi 20 janvier à 13h45 : projection des productions aux cinémas Les 400 Coups suivie d'un verre de l'amitié avec les joyeux festivaliers
Projection finale animée par Samuel Lebrun et Tiphaine Crézé de Report'Cité
Les jeunes d'Angers centre animation avec les joyeux festivaliers !


Après le Festival

- Vendredi 30 mars : projection à la médiathèque Jean Vilar de la Roseraie
Retour d’expérience sur cette aventure humaine et audiovisuelle avec 2 des équipes de reporters, en première partie d'une projection de courts métrages organisées avec des habitants solidaires d'Immobilière Podeliha

Les jeunes d'Angers centre animation et de Mon Atout Sport présentent leur film

L'équipe de Mon Atout Sport à l'issue de la projection

Voir les films



vendredi 25 mai 2018

MashUp et Almodovar

La Charte Culture et Solidarité de la Ville d'Angers met en relation les structures sociales et solidaires avec les structures culturelles de la Ville depuis 20 ans déjà.

Cette année, le Festival a proposé un parcours en deux temps pour explorer le cinéma de Pedro Almodóvar :
- un atelier MashUp animé par Benoît Maximos, monteur et Anouk Lebrun, médiatrice du Festival.
Par petites équipes, les participants étaient invités à créer de manière ludique et intuitive une séquence MashUp. Il s’agissait de choisir des extraits vidéos, des musiques et des bruitages issus des films de Pedro Almodóvar, d’assembler le tout pour créer une nouvelle histoire. Cette expérience a aussi permis de comprendre en toute simplicité l’art du métier du monteur.
- la projection de Volver avec lecture par casques individuels de la version française a été suivie d'un partage d'impressions sur le film et le parcours.

30 personnes venues de 6 associations (Atlas, Archipel, Le Pass, Solidarité nouvelle face au chômage, Centre Jacques Tati et ILM Lac de Maine) y ont participé activement.

Retour en images




     

Extraits du journal de l'association Atlas, Flash Actu n°50


À propos de l’atelier MashUp
"Nous pouvions assembler des extraits de films, baisser ou augmenter le volume d’un son, insérer très furtivement un bruitage… Tout ceci nous permettant de nous prendre pour un véritable réalisateur, tout en esquivant la partie technique et laborieuse de ce genre d’activité. Un véritable instant de création, qui s’est conclu sur une diffusion de nos différents courts métrages sur grand écran, ainsi que la possibilité de pouvoir partir avec. Une très belle expérience donc !" 
Simon

À propos de la projection de Volver
"Chaque personne a été équipée d’un casque audio car le film était en VO. Ainsi « appareillés » nous avions en direct la lecture des dialogues faite par un bénévole du Festival. Aucun d’entre nous ne connaissait le réalisateur Pedro Almodóvar et bien nous n’avons pas été déçu. Le film est super et les actrices y sont sublimées. Le film est un mélodrame flamboyant ponctué de gags décalés ! Nous avons tous beaucoup aimé."
Nathalie, Myriam, Christine, Véronique